« Nelle, Eliott, Grand-Mère et le Monde » fait son cinéma …

Voilà …

C’est parti …

Cet été, tant que nous ne pouvons toujours pas recevoir du public et partir en tournée avec les spectacles « seul·e·s en scène », nous devions bien trouver de quoi nous occuper …

C’est chose faite avec le tournage du dernier né des spectacles du collectif qui se trouve adapté pour le grand écran …

Sortie prévue dans des lieux tenus secrets pour le moment, vers la fin de l’automne …

En attendant, quelques images …

 

Ils en parlent …

N’Ouzon Ket invite

à rédiger un roman choral

IMG_20191222_102049Privés de ses représentations théâtrales, le collectif ne se laisse pas abattre.

En ces jours de chacun chez soi, le collectif d’artiste presqu’îlien N’Ouzon Ket propose d’écrire ensemble un roman. « Du bout de notre plume, expliquent-ils, transformons nos bonheurs, nos doutes, nos réflexions en histoires inspirées de nos vies en quarantaine. Pour s’évader, s’interroger sur cette période bien étrange que nous vivons. Nous aimerions que ce roman à plusieurs voix soit aussi l’occasion de rencontres et d’échanges, c’est pourquoi nous avons imaginé une sorte de chaîne d’écriture ». Le collectif N’Ouzon Ket a mis ce projet en place pour encourager les gens à écrire, à éventuellement partager leur ressenti, au travers un personnage, face à la situation liée au Covid-19.

Depuis le début du confinement, 17 épisodes ont été publiés grâce à quinze contributeurs. Plusieurs personnages sont apparus au fil des textes, comme l’intrépide chroniqueuse radio Elo, son collègue Alex secrètement amoureux d’elle, Justine inquiète dans son petit appartement avec deux enfants, ses voisins à la fenêtre….L’imaginaire prend de plus en plus de place, tout en permettant d’aborder des sujets importants pour les différents auteurs.

N’Ouzon Ket recherche de nouvelles plumes. L’idée est de prendre le relais de l’histoire, de proposer une suite en reprenant le point de vue d’un des personnages existants et d’imaginer leurs aventures. Une manière de créer du lien entre les gens. Car même en temps de quarantaine, la vie continue.

Pratique

Il est possible d’envoyer les textes par courriel (collectif.nouzonket@gmail.fr) ou sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram (Collectif N’Ouzon Ket) sur lesquels sont publiés les épisodes au fur et à mesure, généralement le lundi et le jeudi, en fin de journée.
Le Télégramme / Jean-Yves Le Bras – 22 avril 2020 – photo remplacée

#nosviesenquarantaine

En ces jours de chacun chez soi, chez N’Ouzon Ket, nous avons eu envie de vous proposer d’écrire avec nous !

Du bout de notre plume, transformons nos bonheurs, nos doutes, nos réflexions en histoires inspirées de nos vies en quarantaine. Pour s’évader, s’interroger, mettre en perspective cette période bien étrange que nous vivons.

Nous aimerions que ce roman à plusieurs voix soit aussi l’occasion de rencontres et d’échanges, c’est pourquoi nous avons imaginé une sorte de chaîne d’écriture.

Nous allons vous proposer le premier épisode de ce « feuilleton » romanesque. Il s’agira pour vous d’en écrire la suite, un texte au maximum de 1500 caractères que vous publierez sur votre compte instagram ou facebook en identifiant @collectif_n_ouzon_ket avec le #nosviesenquarantaine , afin que nous puissions repérer votre texte, éventuellement le sélectionner pour être la suite officielle de ce roman choral, et le publier sur nos réseaux.

Vous avez la liberté de reprendre le point de vue d’un personnage déjà cité, ou d’en inventer un autre.

Et pour que le lien perdure et se propage, nous vous encourageons à poursuivre l’histoire écrite par les un.es et les autres, en suivant le #nosviesenquarantaine. Cette histoire pourra ainsi prendre plusieurs directions.

Nous ne savons pas très bien où ce concept va nous mener, s’il va vous plaire, fonctionner…Tout cela dépendra de ce que vous allez en faire !
Mais nous avions envie de donner du sens à ces moments de confinement, de continuer ce pourquoi nous sommes dans le spectacle vivant, pour créer du lien entre les gens, et faire réfléchir sur le monde qui nous entoure.

En cette période particulière, les théâtres et tous les lieux d’arts sont fermés, internet devient alors le lieu de toutes les rencontres et de tous les partages artistiques.
Faisons de cet espace un lieu de création solidaire, stimulant et enrichissant !

Alors vous êtes partants et partantes ? Vous avez tout compris?

#atelierdecriture #ecrire #ecriture #nouzonket #roman #aventure #romance #confinementcréatif #nosviesenquarantaine #cadavreexquis

Nelle, Eliott, Grand-Mère et le Monde.

Article OF 01-2020

 

Eh bien c’est dit !

Effectivement, le Collectif N’Ouzon Ket revient dans sa commune « natale » pour présenter sa dernière création.

Ce spectacle intime et audacieux est sorti de l’imagination de Charlotte Cany et moi-même pendant l’été 2019. « NEGMELM » est le fruit d’une impulsion, d’un chemin à défricher, d’une invention commune, émouvante et singulière, une nécessité de chercher une nouvelle façon de raconter une histoire. Cette sempiternelle quête de liberté de ton, d’écriture, de métissage – le mot « pluridisciplinaire » ne reflète plus vraiment le sillon que nous creusons … les disciplines, les savoirs-faire, les arts explorés ne sont plus côte à côte et complémentaires, non, il y a un mariage intime entre les voi·es·x possibles.

Pendant longtemps, il a survolé nos réalités, nos quotidiens, avant de venir se coucher d’abord sur le papier, puis sur une scène de théâtre. A chacune des étapes de la création, Charlotte et moi-même avons été guidés par une sorte d’évidence. Nous savions que les procédés et les « trucs de théâtre » que nous mettions en oeuvre allaient dérouter, sensiblement, le public.

NEGMELM est peuplé de silences, de regards, de détails et de temps qui finit par perdre toute consistance – sinon le balancier régulier d’une horloge, la seule qui fonctionne encore dans cet univers de souvenirs, qui rappelle que la vie est un rythme.

Et pourtant … malgré l’absence d’action spectaculaire ou extraordinaire, il ne s’agit pas d’un drame psychologique ou d’une pantomime hilarante. C’est tout autre chose qui se produit lorsque l’on rencontre Nelle dans son petit appartement. Une infusion de quelque chose de doux et coloré, solennel et grave.

Et il n’y a que l’immense talent de la co-autrice et comédienne interprète Charlotte Cany  pour porter ce message jusqu’au cœur des spectateur·rice·s qui bien qu’ayant eu « du mal à rentrer dedans » se sont senti·e·s « attrapé·e·s » et « emporté·e·s » dans l’histoire de cette jeune femme lumineuse et solaire.

C’est avec une joie entière et non-dissimulée que nous revenons au bercail pour présenter ce nouveau spectacle !

Malik